« Le comédien vaut l’homme, et tant vaut l’homme, tant vaut le comédien » 

Louis Jouvet

Je n’avais pas vingt ans quand j’ai découvert cette phrase de Louis Jouvet :
Elle est devenue la raison principale de mon engagement de vie. Je suis un acteur de scène, un acteur de vie, qui puise chaque jour sa force dans l’action. D’ailleurs, tout acteur apprécie grandement ce mot : ACTION !!
L’ère de la communication, la TV, le cinéma, internet et ses réseaux sociaux, dominent tellement nos vies, que le théâtre s’en retrouve meurtri.... On préfère zapper sur son iPhone que d’aller voir une pièce de théâtre. Et quand par hasard on se retrouve dans la salle noire d’un théâtre, on continu parfois à zieuter son smartphone en toute fausse discrétion, entre deux scènes. Je ne crois pas à la fatalité, et ma passion me pousse à continuer dans cette voie et je gage qu’un jour, grâce au net, nous ramenions plus de monde dans les théâtres...
En 2018, j’ai décidé pour la première fois de me challenger dans un seul en scène où j’ai le privilège d’interpréter 25 personnages en une heure dix, sans décor et sans artifice. Homme de défi, j’ai voulu que ce spectacle soit une performance scénique pour plusieurs raisons. La première est de me prouver qu’un acteur peut tout jouer. La seconde, montrer aux spectateurs que le théâtre n’a pas toujours besoin d’un grand décor pour exister, et qu’un artiste seul en jeu peut faire rêver n’importe qui en utilisant son savoir, son talent.Il m’était important de vivre une nouvelle expérience scénique, et c’est chose faite.

Shakespeare partage ma vie d’artiste et pose mes fondamentaux : To be or not to be. Je suis et j’adore être aussi celui que je ne suis pas… L’ambivalence de l’acteur.

Regarder le teaser de son dernier spectacle

Le parcours d'un acteur

1968, le premier coup de théâtre, après les coups de pavés, est ma naissance.

A 15 ans, je joue dans « la peur des coups » de Courteline dans un festival interscolaire à Rambouillet. Début de mon histoire d’amour avec le théâtre.

A 18 ans, l’heure du gong militaire a sonné. Je rejoins Brest où j’empocherais un diplôme d’état d’infirmier et où je suivrais en cours du soir l’enseignement du conservatoire d’Art Dramatique de Brest dans la classe de Gabrielle Centanini. Je ne fais pas vraiment mes armes dans la Marine Nationale mais plutôt sur scène, dans « Derrière les rideaux verts » de Sean O’casey, mise en scène de Gabrielle Centanini, et « Yvonne, Princesse de Bourgogne » de Witold Gombrowicz, mise en scène de Catherine Lample.

N’ayant pas le pied marin, je quitte le port de Brest et me retrouve dans les villages du club Méditerranée. Là s’en suivent deux années d’apprentissage de la scène, danse, chant, cabaret, clown… Puis je débarque à Paris avec mon baluchon et mon diplôme d’infirmier. La nuit, je travaille dans les hôpitaux de Paris, et le jour, je me perfectionne pendant 2 ans dans les cours de l’école CLAUDE MATHIEU. Je sors dans une audition professionnelle « Les quatre saisons de Marivaux », scènes montées et mises en scène par Valérie Delbore. Puis je joue dans « le médecin malgré lui » de Molière, mise en scène par Hélène Laurca. « l’amant de cœur » de louis Verneuil, mise en scène de Jacques d’Aubrac. Clown dans la vie, je rencontre mon clown de scène notamment grâce à ma formation avec Odile Bougeard. Désormais je ne quitte plus mon clown.

En 1997 je fais mon premier Festival d’Avignon Off, dans « la spécialité » d’Alan Rossett. J’ai l’amour des personnages que j’incarne, et ma partenaire de scène devient aussi ma partenaire dans la vie. Nous avons trois enfants ensemble.

En mai 1998, les trois coups tapent de nouveau dans « le fou et la none » de Stanislaw-ignacy Witkiewicz, mise en scène de Lisiane Thomas. Persévérant et acharné de recherche, je signe ma première co-écriture et fais ma première mise en scène pour un spectacle de marionnettes et masques « Un petit siècle et puis s’en va…. »

Je m’essaie au doublage de voix au studio Dubbing Brothers, à la pellicule dans des courts métrages, notamment « job story » d’isabelle Morin, à la radio dans des fictions.

Me voulant comédien de théâtre avant tout et acteur de mes choix, en 1999, je rencontre le metteur en scène Emile Salimov avec qui je jouerais dans « les joueurs » de N.GOGOL au théâtre du Lucernaire à Paris. Puis c’est Gérard Linsolas qui me donne le rôle de Pierrot dans « Dom juan » au théâtre de Charenton le Pont. Pour mon 33ème anniversaire, j’obtiens mon premier grand rôle, karl Rossman dans « Amérika » de Franz KAFKA, mise en scène d’Émile Salimov.

Après avoir participer à des stages de clown (dont marc Giffard) je décide de travailler sur un spectacle solo. Celui-ci n’a toujours pas vu le jour, et la vie n’est pas finie. Pensant que l’art du théâtre de rue peut m’être utile, je travaille avec les membres de l’escadrille où je perfectionne le burlesque.

Une grande parenthèse dans ma vie théâtrale je décide d’élever mes enfants et de mettre ce métier de coté. Je pars installer ma famille à Nice. Là pendant une dizaine d’année, je me montre très entrepreneur et je crée trois sociétés dans le milieu de la santé et de l’accompagnement. Cela ne me laisse guère de temps à la création. 

En 2012, je décide malgré mes activités de chef d’entreprise de revenir à la scène. Je reprends donc mon clown grâce à Vincent Rouche.

2015/2016, rôle de Archilochos dans Grec cherche Grecque de Durrenmatt mise en scène Emile Salimov.

2018, LA MILLIEME NUIT de Carol Wolf, mise en scène de Gérard Linsolas

Thierry a une capacité extraordinaire à gérer la scène, tant par son charisme que son éloquence. Captivant et saisissant dans ses mots et expressions qu'il partage abondamment avec son public.

Julien Moreau

Conférencier/Formateur/Consultant
Expert en Optimisation des Relations Humaines et du Changement

Thierry possède des qualités scéniques indéniables : son talent, son expérience donnent à ses représentations une coloration unique et singulière d'une grande qualité.

Claudia San Filippo Wissler

Consultante, Coach, formatrice spécialiste du changement et bien être au travail

Thierry est un entrepreneur passionné et plein d’énergie. Sa capacité de travail est incroyable. C’est un homme posé, qui sait ce qu’il fait et où il va.

Sandra Fillière

Conférencière

Discuter avec Thierry

contact@thierryferrari.com